La foule des grands jours attendait avec impatience de découvrir les résultats des travaux de rénovation de son théâtre (confort amélioré, couleur rouge chatoyante, sécurité et accessibilité améliorées, nouveau nom, façade mise à neuf) tout allait être parfaitement détaillé par les tutelles état, région, département, communautés dracénoise, ville de Draguignan qui ont toutes mis la main à la poche pour faire de cet outil culturel ” un lieu de partage et d’excellence “. D’ailleurs les choses bougent culturellement dans la commune comme se plu à le souligner le dynamique premier magistrat Richard Strambio.

Les travaux

Les travaux démarrés le 21 juin dernier ont donné au vénérable monument un sacré coup de jeune. Les deux salles de spectacles et le hall d’accueil ont connu un beau lifting : coût de l’opération : 3,10 M€. Ces travaux consistaient à rénover complètement la grande salle de spectacle, mettre aux normes l’accès pour les personnes à mobilité réduite (PMR), améliorer pour des expos permanentes les espaces d’accueil et opérer une réparation de la façade. Un chantier conséquent auquel est venu se greffer celui de la remise en l’état de la salle Lily Pons du nom de cette mythique soprano (le rossignol de Draguignan). La jolie salle avait été endommagée par un dégât des eaux.

Comme sur les jardins suspendus de l’antique Babylone, c’est sur le Fronton génois de la façade bien propre désormais que le spectacle initial eut lieu… Car c’est par les toits que le nouveau nom a été dévoilé. Un funambule téméraire, lancé depuis les immeubles d’en face, a atterri sur le théâtre sous les bravos du public. Le voltigeur courageux a pris dans ses bras une avenante diva roucoulant La Flûte enchantée et Carmen sous une pluie de plumes multicolores avant de solennellement déchirer le voile du mystère livrant à l’admiration populaire le nouveau nom du théâtre communautaire : Théâtre de l’Esplanade. Dans son boulevard Clemenceau (lui aussi rénové) on applaudit des deux mains cette originale séquence acrobatique… On retrouva avec plaisir dans la salle flambante rouge feu les comédiens de la Cie le Lézard bleu (mélange de chants et d’acrobaties féeriques) avant les discours d’usage des principaux artisans de cette heureuse et indispensable rénovation.

La célébration

À noter la prestation courte et brillante du député de la 8e circonscription du Var ” rappelant le rôle de la culture comme rempart contre la barbarie et l’intolérance “. Fabien Matras, jeune professeur de Droit, est l’auteur d’une étude approfondie qui fait autorité sur la situation des juifs dans le Var sous l’occupation.

Enfin un buffet pantagruélique bien arrosé renforça le lien social de tous les convives, dans le hall central accueillant une riche exposition d’ex-voto culturels. Dans son coin, près de l’entrée, la plaque commémorative de la rénovation de 1974 pendant l’ère Soldani (le roi Édouard) rappelait à tous que la vie politique d’une cité n’est qu’une suite de bonnes volontés mises en acte.

Source : http://www.tv83.info/

 

 

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *